SYNDROME DU BÉBÉ NAGEUR

Une maladie peu connue, mais à ne pas négliger.

bbnag01

SYMPTOMES :

Bien que présent dès la naissance, les symptômes ne deviennent généralement visible que vers la 2ème ou 3ème semaine, lors de la période d’apprentissage normal de la marche.

  • Mouvements de reptation ou de « nage du phoque » sur le sternum.

  • Antérieurs en «ailes d’aigle».

  • Aplatissement dorsoventral du thorax lors d’atteinte exclusive des antérieurs.

  • Luxation médiale des rotules.

  • Insuffisance respiratoire avec dyspnée, gueule ouverte en permanence, macroglassie et cyanose des muqueuses.

  • Parfois, régurgitation de lait.

  • Potentiels d’activité électrique spontanée de la plupart des muscles stries à l’électrmyographie.

CAUSES ET FACTEURS FAVORISANTS :

Une origine génétique à été suspectée, mais elle semble peu probable à cause de la guérison spontanée de nombreux sujets. Une participation alimentaire a également été exclue car la fréquence d’apparition des cas s’avère indépendante de la composition de l’alimentation maternelle. Toutefois, les améliorations rapides et spectaculaires en période de post-sevrage laissent suspecter une altération du lait maternel. Il convient de contrôler l’absence de mycotoxines, le taux de méthionine, de vitamine E et de sélénium dans l’alimentation maternelle. Tous les paramètres de l’alimentation maternelle qui ont été évoqués par les derniers travaux de recherches concernant l’étiologie du syndrome du chiot nageur ont été contrôlés et ne révèlent pas systématiquement d’anomalie. La synthèse de taurine pourrait être insuffisante chez les chiots atteints soit par défaut de synthèse, soit par augmentation des fuites urinaires, soit par augmentation des besoins tissulaires.

  • Facteurs environnementaux (sol lisse)
  • Glycogénose (une déficience en glucose-6-phosphatase perturbant le métabolisme musculaire du glycogène a été impliqué dans la pathologie de la Splayleg Disease du porcelet)
  • Herpès virose maternelle.

PREDISPOSITIONS :

  • Petites races (Teckel, Yorkshire, West Highland Whithe Terrier, Cocker etc…)

  • Races chondrodystrophiques à thotax large et à membres courts (Pékinois, Cavalier King Charles, Basset Hound, Bouledogues Français et Anglais).

  • Mais ce syndrome a été décrit dans de nombreuses races ne remplissant aucun de ces critères (Bouviers des Flandres, Bergers Allemands, Labradors Retrievers, Léonberg)

  • Ce syndrome a été décrit, plus rarement, dans l’espèce féline.

  • Pas de prédisposition sexuelle.

  • Chiots de taille normale a la naissance, mais à croissance plus rapide que le reste de la portée.

  • Chienne ayant déjà compté des chiots nageurs au sein de ses portées précédentes.

  • Parfois « culot de portée ».

DIAGNOSTIC :

  • L’examen neurologique est normal.

  • Peu de modifications des examens complémentaires.

  • Contrôler les éventuels déficits métaboliques

  • Analyses histologique sur le cervelet des chiots les plus gravement atteints ou décédés.

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL

  • Maladie de Carre.

  • Toxoplasmose.

  • Néosporose.

  • Toutes causes de méningo-encéphalite.

  • Spina-bifida.

  • Maladie de surcharge et dégénérative (voir prédispositions raciales.

  • Myopathie.

PRONOSTIC:

  • 90 % de guérison sans séquelles même en l’absence de traitement.

  • De plus en plus réservé à mesure que l’âge du chiot avance, bien que des améliorations rapides et spectaculaires aient encore observées à l’âge de 2 mois en 3 jours.

  • Le pronostic est plus réservé si les 4 membres sont atteints.

  • Les complications de broncho-pneumonie par fausse déglutition sont possibles.

TRAITEMENT:

  • Rééducation fonctionnelle par manipulation des membres atteints.

  • Un matériel de contention simple de type « youpala » adaptés aux jeunes porcelets atteints de Splay Leg Disease traiterait les porcelets! Cet instrument peut être bricolé très simplement par l’éleveur lui-même pour un coût modique. Un harnais de petit taille, suspendu, pour éviter l’écrasement des membres par le poids du chiot.

  • Placement immédiat des chiots sur une surface rugueuse.

  • Stimulation des coussinets à l’aide d’une brosse à dent.

  • Pincements entre les doigts pour stimuler les muscles.

  • Injection de vitamine E et de Sélénium.

  • Rationnement alimentaire pour limiter la prise de poids chez les chiots atteints.

  • Maintien des chiots atteints sur le côté lors de leur sommeil pour éviter d’aggraver l’aplatissement du thorax.

NE PAS POSER DES MENOTTES EN ELASTOPLASTE SUR LES MEMBRES ATTEINTS POUR LIMITER L’ECARTEMENT. CELA AJOUTE UN TRAUMATISME SUPPLEMENTAIRE.

PREVENTIONS:

  • Exclusion de la reproduction des mères ayant donné naissances à des chiots nageurs (bien qu’il n’ait pas prouvé que cela ce reproduise à chaque portée).

  • Prévention de l’écrasement des chiots atteints par une surveillance ou des barres anti-écrasement.

 

 

bbnag05